cinq ans de prison dont un an ferme requis contre la conductrice

« Nous avons assisté tout au long de ce procès à des moments intenses, de courage, de communion, a entamé le procureur de la République en lançant ses réquisitions ce matin du mercredi 5 octobre. On a entendu de la part de partie civile la perpétuité qui est désormais la leur. J’ai entendu de la part de Madame Oliveira (la conductrice du bus scolaire. NDLR) des demandes de pardon »

Après avoir démonté point par point les arguments avancés par la défense tout au long des audiences, le procureur a affirmé, en s’appuyant sur les expertises, les témoignages, « les barrières étaient complètement fermées avant le choc”. Il a remis en cause les explications parfois confuses de la conductrice : « Beaucoup d’éléments nous laissent à penser que dans son discours beaucoup de choses n’étaient pas tranchées. (…) Des vies ont été ôtées, des santés physiques et psychiques ont été également ôtées, des familles anéanties.(…) La conductrice s’est donc contenté de déduire, ce n’est pas ce que l’on attend d’un conducteur professionnel »

Au final, le procureur a requis à l’encontre de la conductrice, 5 ans d’ emprisonnement dont 4 en sursis probatoire, l’annulation de tous ses permis pour une durée de cinq ans, l’interdiction de les repasser durant cinq ans, l’interdiction définitive d’avoir des activités professionnelles dans le secteur routier ou avec des enfants.

Le délibéré devrait être rendue dans quelques semaines.