L’air est-il pollué à Perpignan ? Cette station installée l’an dernier a rendu son verdict

Cette station ATMO, installé il y a un an, mesure la pollution en centre-ville de Perpignan.
Cette station ATMO, installé il y a un an, mesure la pollution en centre-ville de Perpignan. (©Émilien Vicens/Actu Perpignan)

L’air est-il pollué à Perpignan ? Troisième ville la plus peuplée de la Région Occitane, avec près de 120 000 habitants, la préfecture des Pyrénées-Orientales est-elle aussi exposée que Toulouse et Montpellier ? Depuis un an, une station de mesure a été mise en place Boulevard des Pyrénées afin d’évaluer la pollution en cœur de ville. 

Perpignan : la station du Boulevard des Pyrénées validée

Cette dernière a par ailleurs été validée et sera installée définitivement sur cet axe très fréquenté, où circulent en moyenne 30 000 véhicules par jour. « Le site choisi répondait à nos attentes et aux exigences des directives européennes. Cette station va donc être pérennisée », confirme Dominique Tilak, directrice générale d’Atmo Occitanie.

Concrètement, pourquoi mesurer la pollution à cet endroit de Perpignan ? Dominique Tilak nous répond : « Une population importante vit à proximité. Il y a également beaucoup de passants sur les trottoirs. L’enjeu est de relever le niveau d’exposition pour ces personnes ».

« Des concentrations qui dépassent les valeurs-limites »

Et malheureusement, le verdict est plutôt négatif. « Nous sommes aujourd’hui sur des concentrations qui dépassent les valeurs-limites pour la protection de la santé », confie à Actu Perpignan la directrice d’Atmo Occitanie : 

Ces valeurs sont semblables à celles que l’on retrouve dans d’autres agglomérations plus grandes, comme Toulouse ou Montpellier en Occitanie. C’est ce qu’on le retrouve généralement dans les grandes villes à proximité du trafic routier. Cette situation avait été détectée depuis de nombreuses années, mais elle vient être officiellement confirmée par ce dispositif. 

Dominique TilakDirectrice Atmo Occitanie

Ces valeurs hautes, avec notamment des pics qui peuvent dépasser les 200 microgrammes d’oxydes d’azote par m3 d’air, aux heures de pointe et sur certains jours, sont engendrées par une circulation importante et une mauvaise dispersion de la pollution atmosphérique sur cette zone. À l’entrée de Perpignan, on retrouve ainsi des chiffres semblables à ceux relevés près de périphérique toulousain. 

En violet, la pollution en oxydes d'azote sur le Boulevard des Pyrénées durant les deux dernières semaines. En bleu, les chiffres relevés à Perpignan, hors zone de trafic. En marron, la comparaison avec Bolquère, en Cerdagne.
En violet, la pollution en oxydes d’azote sur le Boulevard des Pyrénées durant les deux dernières semaines. En bleu, les chiffres relevés à Perpignan, hors zone de trafic. En marron, la comparaison avec Bolquère, en Cerdagne. (©Capture/Atmo Occitanie)

Ailleurs, des valeurs plus basses autour de Perpignan

Ce premier constat va permettre, d’une part, d’informer la population. De l’autre, « ces mesures pourraient permettre à l’État d’activer la mise en place de multiples actions, avec les collectivités locales, afin de diminuer cette pollution. Des plans Air Climat Énergie territoriaux, mais aussi des plans des protections de l’atmosphère qui peuvent être pilotés par la Préfecture » poursuit Dominique Tilak.

Concernant la mesure de pollution du fond urbain, c’est-à-dire en dehors d’une zone à fort trafic routier, Perpignan et sa périphérie présentent dans l’ensemble « des concentrations beaucoup plus basses, avec néanmoins une hausse visible durant la période estivale », conclut la directrice d’Atmo Occitanie, qui rendra, fin juin, un rapport complet sur la pollution présente dans l’air au sein des différents quartiers de Perpignan.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Perpignan dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.