L’AS Canet-d’Aude, un club en devenir

C’est l’affiche, et quelle affiche, de ces quarts de finale du championnat de France. Deux clubs audois seront opposés ce dimanche, sur le terrain de Cuxac-d’Aude (15 h). Il s’agit de Canet-d’Aude et du Bassin Sud Minervois. À J-1, on fait monter la pression avec un zoom sur le club du président Walter Langlade.

Cela pourrait surprendre mais si dimanche contre le Bassin Sud Minervois (à Cuxac-d’Aude, à 15 h) en quart de finale, les hommes du président Walter Anglade finissaient par un échec leur aventure en championnat de France, la déception passée, l’AS Canet-d’Aude n’en aurait pas moins vécu une saison exceptionnelle. Sa première en intégralité puisque les deux précédentes ont vite été stoppées par la crise sanitaire.

Un vrai départ et surtout un réel acte de naissance pour tout un groupe, toute une commune. «  J’aurais pu reprendre, en collaboration avec les anciens de l’UNCA, la présidence de ce club et me lancer dans ce projet. Mais ma femme, un soir, me dit qu’à me lancer dans cette aventure, il me fallait dans un premier temps le faire seul. Je suis donc parti de très loin et j’étais bien conscient que certains me prenaient pour un fou », en rigole Walter Langlade.

Deux défaites en phase régulière (au Plateau de Sault et en Cerdagne-Capcir), un titre de champion d’Occitanie, le premier de sa courte histoire, et une qualification en quarts de finale du championnat de France, l’AS Canet a fait du bon boulot. « Notre défaite contre le Plateau de Sault ne nous a pas interpellés. Celle contre Cerdagne-Capcir oui ! Nous avons compris que nos efforts, notre travail, notre investissement n’étaient pas suffisants. On s’y est donc refilé. Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert. J’ai un groupe ultra-soudé », se félicite le président.

Mais pas que !

L’AS Canet s’appuie sur un groupe de 55 joueurs issus du terroir local et qui peut compter sur des garçons d’expérience comme Arnaud Ramey le capitaine, Bertrand Castany, Adel Fellous ou Damien Astié. « Notre équipe réserve a été éliminée en demi-finale d’Occitanie en perdant de 2 points et sur des petits détails. Mais, chez nous, tout le monde compte. Tous sont considérés et sur un pied d’égalité. Je veux que mes joueurs ne manquent de rien et qu’ils mangent bien le vendredi soir après l’entraînement. Quand nous faisons venir des bandas, c’est pour les deux équipes », assure Walter Langlade.

Le but désormais est de renforcer l’école de rugby, de créer un groupe de cadets et de juniors et de faire revenir bon nombre de joueurs du coin qui évoluent pour la plupart en Fédérale. « C’est un vrai objectif, une vraie envie et quand ces mecs reviendront, nous serons forts et prétendre pourquoi pas à accéder bien plus haut. En honneur, ce serait bien », se projette le président.

Peut-être faudra-t-il en passer par la création d’une nouvelle entente afin d’optimiser les ressources ? C’est de plus en plus nécessaire aujourd’hui pour le rugby amateur. On verra bien mais ce dimanche, le rêve est toujours en cours pour l’AS Canet d’Aude et c’est bien là l’essentiel.