Le nouveau site de la brasserie Cap d’Ona à Céret ne devrait pas ouvrir avant fin 2023

Le grand projet de la brasserie Cap d’Ona à Céret, ce n’est pas pour tout de suite. Si son existence n’est pas menacée, son ouverture devrait en revanche être retardée. Initialement prévue au premier trimestre 2023, l’augmentation des prix des matières premières (due à leur pénurie dans le secteur du bâtiment), va retarder les travaux. Les nouveaux locaux de brasserie (née à Argelès-sur-Mer) ne devraient pas être prêts avant la fin de l’année prochaine.

Tout est à refaire dans l’ancienne usine de bouchons de la commune, inutilisée depuis une vingtaine d’années et qu’il faut donc entièrement réhabiliter. Le tout de manière écologique. « Sur place, on va recycler l’eau, les bouteilles, on va aussi installer des panneaux photovoltaïques. Et surtout on veut qu’il ait zéro artificialisation du sol. On rénove, on ne construit rien. Nous, on vise la neutralité carbone. Donc c’est un projet qui est hyper positif mais qui est très coûteux« , détaille Elodie Pujol, la cogérante de Cap d’Ona.

« Si tout double, on est mal », prévient Elodie Pujol, la cogérante de Cap d’Ona

Des travaux qui vont coûter en tout quatre millions d’euros. Mais l’inflation et l’augmentation du prix des matériaux pourrait changer la donne. « Si tout double, on est mal. Là, on se bat pour que le projet soit réalisable. Et nous, on le fera uniquement s’il reste écolo. Si on doit polluer, on ne voudra plus suivre« , avertit Elodie Pujol. 

Il y a  tout intérêt à ce que le projet voit le jour. D’abord parce que l’État le subventionne à plus de 600.000 euros, la communauté de communes du Vallespir participe aussi au financement. Et puis,  ça arrangerait aussi politiquement la commune de Céret. « Ça rejoint notre projet de stratégie agricole avec la mise en place de circuits courts. On est sur la même philosophie de travailler avec les agriculteurs locaux, sur du circuit court, commercialiser des produits que le territoire peut donner« , affirme Michel Coste, le maire. Malgré tout, ce dernier se montre plutôt optimiste. Les appels d’offres sont lancés et selon lui, les travaux démarreront bien durant l’été 2022.

Le site d’Argelès va continuer d’exister

Pour rappel, ce projet n’est pas une délocalisation ni un déménagement de la brasserie, mais plutôt une extension, où seront concentrés la majorité des activités. « On s’est construit à Argelès, donc ç’a beaucoup de sens. On n’y fera plus de bière, mais je pense qu’on va garder une partie distillerie. Cap d’Ona, c’est moins connu pour ça, mais on distille aussi du whisky, du gin, de la vodka. Donc on gardera la boutique, l’espace professionnel et certainement une partie de nos alcools à Argelès sur Mer« , explique Elodie Pujol. 

« Céret, ça va être la nouvelle fabrique Cap d’Ona. C’est là ou on va accueillir les gens. Le bâtiment est magnifique et de ce projet, les gens vont vouloir voir ce que c’est, parce que ce sera vraiment une brasserie exemplaire pour le monde brassicole puisque complètement écologique et très belle à visiter« , poursuit-elle. 

La brasserie Cap d’Ona vient par ailleurs de recevoir de nouvelles récompenses, au concours World Beer Challenge, l’un des principaux concours de bières dans le monde, qui avait lieu cette année au Portugal. Vingt-et-une médailles dont neuf en or, quatre bières Cap d’Ona ont décroché la note maximale (brune au seigle de Cerdagne, blonde bio pur malt sans gluten, ambrée triple, blonde wood aged double barrique Chardonnay).