Les mauvais comptes de la sécheresse dans les Pyrénées-Orientales

La vendange quasi achevée laissera une nouvelle fois un goût d’inachevé dans le vignoble roussillonnais. Les vignes étaient bien passées au travers du gel tardif mais la sécheresse, accompagnée des épisodes de canicule sont venu éreinter les végétaux, jusqu’à griller les plantes pourtant solide de la garrigue. Fait rare, aucun orage significatif n’est venu troubler l’aridité estivale.

À l’heure des comptes, les estimations tablent sur une vendange à 535 000 hectolitres pour le département des Pyrénées-Orientales, soit peu ou prou le résultat de l’an passé quand le gel avait pelé une partie du vignoble. Et à peine supérieure à celle de 2019 largement amputée par… la sécheresse. Si les chiffres sont bas à l’échelle du département, les situations varient d’une exploitation à l’autre.

Seuls les producteurs de fruits ont le sourire

Consolation, la qualité semble promise, l’absence d’humidité a conduit les raisins à terme dans un bon état sanitaire. Comme les vignerons, les apiculteurs ont vécu une année contrastée et difficile selon les zones. Les ruches qui ont transhumé vers la montagne, la Cerdagne ou le Capcir, ont pu faire une miellée normale. Pour les apiculteurs restés dans la plaine, la sécheresse a privé des abeilles de ressources et certains ont été contraints de les nourrir pour leur permettre de survivre.

Pour les éleveurs du département l’hiver sera compliqué, il manque un peu de fourrage mais la situation sera bien moins problématique que dans d’autres régions de France, dans le Massif central par exemple, où ils ont été contraints de basculer sur les réserves d’hiver au début de l’été. Il n’y aura guère que les producteurs de fruits pour se réjouir d’avoir fait une belle année malgré quelques anicroches. Volumes et qualité ont été au rendez-vous, et le marché est resté fluide grâce à la discrétion des producteurs espagnols qui ont, eux, perdu la moitié de leur récolte de pêche et abricot au mois d’avril par un petit matin férocement glacial.