Paris/ Assemblée Nationale : dans une tribune, cinquante-trois députés LR indiquent qu’ils ne voteront pas les motions de censure lundi

(Vu sur la Toile)

 

Dans une tribune, cinquante-trois députés LR indiquent qu’ils ne voteront pas les motions de censure lundi
(J.F. – Rédaction BFMTV)

Dans les colonnes du JDD (Journal Du Dimanche), les élus ont appelé le gouvernement à « apprendre à entendre » les propositions de la droite.

 

BFMTV.- « Parce que nous respectons le vote des Français du 19 juin, et que la nouvelle Assemblée Nationale a siégé huit semaines, nous ne déposerons pas et nous ne voterons pas de censure », soulignent ces cinquante-trois parlementaires, sur les soixante-deux que compte le groupe LR (Les Républicains).
« Nous vivons une crise économique et énergétique depuis quelques mois, l’inflation réactive la crise sociale. Ajouter une crise politique et institutionnelle serait irresponsable », insistent-ils, dans ce texte initié par le député des Ardennes Pierre Cordier et publié sur le site du JDD hier soir (samedi 22 octobre 2022).

 

« Rien à voir avec les députés RN ou LFI »
« Nous n’avons rien à voir avec les députés RN ou LFI. Nous combattons avec nos convictions et nous continuerons à mettre nos propositions sur la table, sur le pouvoir d’achat, sur le coût de l’énergie pour les entreprises, sur un bouclier tarifaire pour les ménages », poursuivent ces élus.
« Le gouvernement va devoir apprendre à les entendre. S’il n’a pas de majorité, ce n’est pas parce que les Français se seraient trompés en votant, c’est parce qu’ils lui demandent d’apprendre à écouter », selon eux.
Ces parlementaires reprochent au gouvernement un budget globalement « extrêmement décevant » : « le président Macron et le gouvernement d’Élisabeth Borne se contrefichent du redressement de nos finances publiques. Cette attitude est d’autant plus irresponsable que la remontée des taux d’intérêt fait courir un risque considérable sur la soutenabilité de notre dette », mettent-ils en garde.

 

Deux motions de censure lundi

 

La première ministre Elisabeth Borne va faire face lundi après-midi à l’Assemblée aux motions de censure de la NUPES et du RN sur le budget 2023. Elles n’ont quasiment aucune chance d’être adoptées.

Ces motions répondent à l’arme constitutionnelle du 49.3 dégainée mercredi par la cheffe du gouvernement pour faire passer sans vote le premier volet du budget de l’Etat, en l’absence de majorité absolue pour les macronistes à l’Assemblée Nationale. (Source BFMTV)