Pyrénées-Orientales : le Département veut reprendre la main sur l’aménagement de la RN116

Lors de la session du conseil départemental de ce jeudi 22  septembre, les élus voteront pour que le Département reprenne en main l’entretien et l’aménagement de la RN116 entre Perpignan et la Cerdagne, pour l’heure assurés par l’Etat. Objectif : pouvoir engager les travaux nécessaires au plus vite.   

Le conseil départemental n’a plus que jusqu’au 30 septembre pour saisir l’opportunité que lui offre l’article 38 de la loi de décentralisation du 21 février 2022 (dite loi 3DS). C’est pourquoi ses élus doivent se prononcer dès ce jeudi sur le projet de transfert vers la collectivité de la RN116 reliant Perpignan à Bourg-Madame, pour l’heure gérée par l’Etat. 

La délibération soumise à l’assemblée dans ce cadre vise à autoriser sa présidente à solliciter le transfert en question. Le projet intervient dans un contexte particulier. En avril dernier, l’Etat, la Région et le Département ont signé un protocole pour financer ensemble à hauteur de 100 millions d’euros (50 % Etat, 25 % Département, 25 % Région) les aménagements nécessaires pour sécuriser et fluidifier la RN116. « Le financement prévu par le protocole est acquis, indique le vice-président du conseil départemental en charge des mobilités, Jean Roque. Vu que la 116 est une voie intradépartementale, nous pensons qu’il est logique que ce soit notre collectivité qui s’en occupe. Étant déjà gestionnaire des autres routes du territoire, nous avons l’expertise, les bureaux d’études et la force de frappe pour démarrer les aménagements très vite. » 

Le vice-président du Département en charge des mobilités, Jean Roque.
Le vice-président du Département en charge des mobilités, Jean Roque.
Nicolas Parent – Nicolas Parent

La région a également postulé

Concernant la gestion quotidienne de l’axe, si celui-ci passait dans le giron du Département, l’Etat transférerait également vers ce dernier les 54 agents qui s’en occupent, ainsi qu’un budget d’environ 4,5 millions d’euros par an pour le fonctionnement et l’entretien.

A lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Aménagements de la RN 116 : « Espérons que ce projet ne finisse pas au placard »

Selon Jean Roque, la reprise en main de la route par le Département permettrait également de réaliser des économies d’échelle. « Nous avons déjà les infrastructures d’entretien, rappelle-t-il. Aujourd’hui, nous sommes par exemple obligés d’arrêter le chasse-neige à la limite de la 116. Il s’agit d’une incohérence difficilement compréhensible. Si nous reprenions la main sur la 116, on n’aurait plus à dédoubler les services. La mutualisation nous ferait faire des économies et gagner en efficacité. Nous sommes prêts ! Nous savons même quels locaux nous mettrions à disposition des agents et comment nous nous organiserions. »   

Si la délibération est votée, le transfert pourrait être effectif au 1er janvier 2024. Seul hic : la Région  s’est également portée candidate en juillet pour entretenir et aménager la 116 pendant les huit prochaines années à titre expérimental, comme l’y autorise également la loi 3DS. Si la délibération du conseil départemental est adoptée ce jeudi, l’Etat devra donc trancher entre les deux projets.

A lire aussi :
Pyrénées-Orientales : le Département va investir 27 millions d’euros sur la RN 116

Priorités et travaux complémentaires

Le projet du conseil départemental reprend les aménagements programmés dans le cadre du protocole financier d’avril dernier, mais aussi des travaux complémentaires qu’il entend mener à court ou moyen termes.

Les aménagements inscrits dans le protocole que le conseil départemental entend mener en priorité. Création de cinq carrefours giratoires à Vinça (croisement avec la RD 13G), à Rodès (croisement avec la RD 16), ainsi que pour accéder à Finestret (croisement avec la RD 25), à Eus et Los Masos (croisement avec la RD 24), ou encore à Villefranche-de-Conflent (croisement avec la RD 6, qui part sur la vallée de Rotjà).

Les travaux complémentaires. Sécurisation de carrefours à Sainte-Léocadie (croisement avec la RD 30E, sécurisation du passage à niveau du train jaune), pour accéder à Osséja (croisement avec la RD 30), du col de la Perche (croisement avec les RD 10 & 33), à Hix (croisement avec la RD 30C). Modification du tracé de la RN 116 par les RD 30 et RD 68 vers le nœud routier de Bourg-Madame pour dévier le trafic de transit de Hix et Bourg-Madame dans le cadre de la réalisation de la déviation de Caldégas. Véloroutes : création de trois tronçons sur le parcours (Vinça-Marquixanes, Ria-Villefranche et Bouleternère-Rodès ).

Déviation de Marquixanes : « Rien n’est arrêté ». Le projet de déviation de Marquixanes par le nord, rejeté par une partie de la population, n’apparaît pas sur la carte des aménagements programmés jointe au projet de transfert. Selon Jean Roque, cela est dû au fait que « rien n’est arrêté » concernant cette déviation. « Marquixanes reste un point qu’il faut traiter, souligne-t-il cependant. Il faut apporter une solution aux habitants du village, tout en assurant la fluidité sur la RN116. »