Pyrénées-Orientales : nouvelle présidence au CAF Cerdagne Puigmal

Les membres de l’association ont récemment élu, à l’unanimité, une jeune présidente à leur tête afin de les représenter.

Lily Dunyach-Ramos est donc la nouvelle présidente du CAF (Club alpin français) Cerdagne Puigmal. Une association née au début des années 2000 à Saillagouse et qui compte aujourd’hui plus d’une centaine d’adhérents. La jeune femme, habitante de Font-Romeu, est par ailleurs technicienne à la réserve naturelle nationale de la vallée d’Eyne. Le parfait exemple d’une jeunesse qui s’investit tant dans la préservation du milieu de vie montagnard que dans les activités qui le rendent attractif.

Lily comment êtes-vous arrivée au club?

Mon père a toujours aimé la montagne et du coup j’y ai été depuis toute petite. J’ai été inscrite au club vers 15 ans (elle en a aujourd’hui 27, NDLR). Je souhaitais m’impliquer dans le club pour qu’il perdure. C’est avant tout un club de copains où l’on pratique de nombreux sports, que ce soit du VTT, de l’escalade, de l’alpinisme, du ski de randonnée… Sur la centaine d’adhérents, une trentaine sort très régulièrement.

Votre profession est-elle compatible avec tous ces loisirs et ses pratiquants qui utilisent les espaces naturels?

Il est vrai que c’est un défi pour les réserves de gérer la surfréquentation qui peut être engendrée par certains loisirs. La fédération des réserves naturelles catalane travaille beaucoup avec les clubs. Le nôtre s’est d’ailleurs toujours voulu à l’avant-garde, aussi bien sur les sujets sociaux que ceux ayant un
rapport direct à la montagne. Si de par mon métier je peux apporter quelque chose en plus tant mieux. Mais généralement les gens qui pratiquent ces sports sont amoureux de la nature donc c’est facile de parler avec eux. On se rend compte que dans la plupart des cas, lorsqu’il y a dérangement dans les espaces naturels, c’est par méconnaissance.

Avez-vous des projets particuliers pour le club?

Je souhaite m’inscrire dans la continuité, dans la dynamique déjà impulsée par mes prédécesseurs. Le club se propose, depuis ses débuts, de former ses adhérents à l’autonomie en montagne et à les sensibiliser à l’écologie. La connaissance du milieu, de la faune et de la flore sont importants. C’est d’ailleurs l’un des projets de la fédération des réserves catalanes que de travailler avec les clubs en faisant des journées de formation. L’idée est d’arriver à s’amuser en réfléchissant au fait qu’on n’est pas seuls dans la nature ou comment pratiquer sans déranger.