Pyrénées-Orientales – Vallée de la Vanéra : interdiction d’accès au massif forestier et restriction d’eau

La démarche, collégiale, est inédite. Les communes de la Vallée de la Vanéra, Nahuja, Valcebollère, Osséja et Palau-de-Cerdagne ont chacune pris deux arrêtés municipaux distincts. L’un interdisant l’accès à l’ensemble du massif forestier pour risque majeur d’incendie, l’autre portant des restrictions provisoires en matière d’usages d’eau potable. Les arrêtés, pris le 22 juillet, courent jusqu’au 31 août. ils seront prolongés ou suspendus suivant l’évolution de la situation.

Les incendies qui ravagent la forêt des Landes en Gironde sont dans toutes les têtes. Plus de 20 000 hectares de pins sont partis en fumée en tout juste une semaine. « C’est exactement ce type de catastrophe que l’on veut éviter », expliquent Stéphane Surroque, Roger Ciurana, Jean-Claude Ribelaygue et Francine Majoral, respectivement maires de Palau-de-Cerdagne, Osséja, Valcebollère et Nahuja. « Nous avons la chance, la volonté et la conscience de vouloir travailler ensemble, nous le faisons déjà pour d’autres dossiers. Certes nous sommes des villages indépendants mais la Vallée de Vanéra, c’est une entité importante. Nous nous sommes très vite mis d’accord, d’autant que la forêt est continue sur trois communes. Nous avons à nous quatre plus de 2220 hectares de forêt ». Une volonté locale de protéger le massif dans son ensemble. « En vigilance orange canicule, nous considérons qu’il y a un risque majeur d’incendie. Pour essayer de préserver a minima notre forêt, il nous semblait logique d’en interdire l’accès à toute personne, piéton, cycliste, véhicules motorisés divers, excepté les ayants droit et les professionnels. Nous avons informé le sous-préfet Didier Carponcin de la situation, il nous a indiqué que les élus pouvaient prendre les devants, sans attendre la promulgation d’un arrêté préfectoral« .

Il faut sauver notre bien commun (les maires de la Vallée de la Vanéra)

Les forêts sont très fréquentées, notamment celle d’Osséja, « il y a vraiment un souci de danger de repli pour des randonneurs ou cyclistes qui pourraient s’y trouver lors d’un incendie. Ce n’es pas sûr que l’on ait les moyens de défendre la forêt, d’autant que toute la flotte des canadairs est déployée ailleurs ». Le désir de protéger l’environnement est lié à l’attachement à ce bien commun, de préserver ce lieu hautement touristique et ses connexions avec l’Espagne, son extrême richesse environnementale, l’exploitation forestière mais également les estives utilisées par les groupements pastoraux. « Nous prenons cet arrêté qui, pour sûr, ne va pas être populaire. Nous sommes dans une problématique locale, mais on voit bien qu’elle est nationale et même mondiale. Nous préférons en interdire l’accès durant un mois et demi plutôt que de perdre notre richesse commune pour des décennies ». L’Office national des forêts (ONF) et la gendarmerie feront des rondes dans le massif, tout contrevenant se verra infliger une amende de 135€.

Les communes de Palau-de-Cerdagne, Osséja, Valcebollère et Nahuja ont plus de 2200 ha de forêt dont 2000 ha en continu pour les trois premières communes. Un arrêté municipal en interdit désormais l’accès.
Les communes de Palau-de-Cerdagne, Osséja, Valcebollère et Nahuja ont plus de 2200 ha de forêt dont 2000 ha en continu pour les trois premières communes. Un arrêté municipal en interdit désormais l’accès.

Des restrictions provisoires en matière d’usage d’eau potable

Et étroitement, lié, le problème de l’eau. « La sécheresse, le manque de précipitations, au-delà de la sécheresse de la forêt, posent un problème majeur pour l’alimentation en eau potable de nos populations« , s’exprime Jean-Claude Ribelaygue, maire de Valcebollère, également président du Syndicat de l’eau de la vallée de la Vanéra. « C’est inédit, je n’ai jamais vu ça. D’habitude, en montagne quand il fait ces chaleurs, ça tourne automatiquement à l’orage, mais pas là« . La production des captages d’eau potable qui alimentent les communes membres du Sivom de la Vallée de la Vanéra a considérablement diminué en raison d’un étiage estival marqué, correspondant à des mesures de septembre ! Avec l’arrivée massive des Catalans du sud en août, la situation va sévèrement se compliquer, les élus ont donc anticipé. Concernant uniquement l’eau potable, il est notamment interdit de remplir ou mettre à niveau les piscines, arroser les pelouses et jardins d’ornement, laver les voitures en dehors des stations de lavage, utiliser les bornes incendies, utiliser l’eau autre que pour l’abreuvement du bétail en stabulation…