Un livre sur la vallée de la Vanéra « fa temps »

Un livre très intéressant, bien illustré, vient de paraître (Florence Estragués-Mylène Casals, Murmures et secrets de la Vanéra, Sur les pas de nos ancêtres cerdans, 211 p., largement disponible). Il traite des villages de la Vanéra (Valcebollère, Osséja, Palau-de-Cerdagne), des familles qui y ont vécu depuis le XVIIIe siècle et dont certains descendants habitent encore leur demeure ancestrale. Pour ce qui est de Valcebollère, il évoque évidemment les origines de la famille Ribelaygue de longue implantation, il est surtout particulièrement riche en renseignements sur les habitants du hameau du Puig du XVIIIe siècle aux années trente du XXe. Les Bailles, les Iglésis dont certains devinrent en quittant le hameau de riches industriels à Barcelone, les Riu, les Obrer dont Pierre (1824-1878) qui devint à Osséja un important fabricant de chocolat. On regrette que Bonaventure Obrer, août 1881-juin 1918, dont le nom figure sur le monument aux Morts du village ne soit pas documenté, mais il est question de parler de lui dans une nouvelle édition. Évidemment tous n’ont pas fait fortune en tant qu’agriculteurs, éleveurs de mouton, cardeurs de laine ou ardoisiers dans ce hameau difficile à vivre et que divers accidents (incendies notamment) n’ont pas épargné. Mais le rappel de ce qu’ils furent est riche d’enseignements sur les difficultés et les bonheurs de l’époque. Ce dossier sur le hameau, riche d’un beau retable exposé dans sa chapelle dédiée à Saint-Hilaire (restauré, il est désormais visible dans l’église du village avec la statue du saint) est particulièrement bienvenu en un moment où il est question de rendre vie à ce bâtiment effondré sur lui-même depuis une cinquantaine d’années. Un premier projet sans doute hâtivement pensé est frappé d’obsolescence par les fouilles réglementaires menées par les archéologues de l’Inrap dont on attend le rapport avant qu’il soit possible de réfléchir à une restauration digne de son passé et de son environnement.