Vacances : arnaques à la carte bancaire, les commerçants lancent l’alerte sur l’échange des terminaux de paiement

Le président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie des Pyrénées-Orientales, Brice Sannac alerte les commerçants sur une nouvelle arnaque. Elle vise les établissements utilisant les TPE, les terminaux de payement électroniques. 

Cette méthode digne d’Arsène Lupin est surtout en usage dans les grandes stations de la Côte d’Azur, mais deux établissements des Pyrénées-Orientales ont été aussi victimes de cette arnaque nouvelle. La technique originale, mais totalement frauduleuse, consiste pour l’escroc à échanger subrepticement le TPE- boiter du commerçant dans lequel le client introduit sa carte bancaire – par un terminal identique, dont les sommes créditées atterrissent du coup sur le compte de l’arnaqueur.

Le malfaisant réussit à remplacer le TPE du commerçant – souvent un restaurateur – par un autre au moment de payer l’addition. Ce TPE a été programmé spécifiquement. Et donc l’argent est ainsi détourné sur le compte du faussaire et non sur le compte du commerçant.

C’est à Cannes que les premiers cas ont été révélés, lors de la deuxième semaine du festival fin mai. Une dizaine de restaurateurs ont été victimes de cette arnaque. « Tout cela peut aller très vite, dans certains établissements réputés de la Côte d’Azur, on peut atteindre 20 à 30 000 euros en une soirée », prévient Brice Sannac. 

« Nous recommandons aux bars, restaurants et plus largement à tous les commerçants de personnaliser leur TPE avec par exemple un autocollant, afin de repérer immédiatement s’il a été subtilisé et échangé », explique le président l’Umih. Autre parade : vérifier sur le double du ticket que la raison sociale de son établissement apparaît et non une autre indication inconnue. Le préjudice pour le commerçant peut rapidement prendre de grandes proportions si celui-ci ne se rend compte de la chose qu’après plusieurs jours seulement.