Valcebollère – Une partie de l’emblématique mas Carell part en fumée

Un incendie d’origine accidentelle a ravagé une partie de l'emblématique mas Carell. Grâce à la présence d’une trentaine de pompiers, le gîte a été épargné par les flammes.

Après avoir restauré le mas Carell pendant des dizaines d’années, Simone Baurens, la propriétaire des lieux en avait fait un gîte Panda. Elle avait récemment dédié un bâtiment aux expositions d’œuvres, ouvert à tous les artistes.  La nuit de mercredi à jeudi, le bâtiment restauré et la partie habitation ont été entièrement ravagés par les flammes. Les pompiers, venus en nombre des casernes de Bourg-Madame, Font-Romeu, Saillagouse et Mont-Louis ont réussi à sauver la partie gîte. Hier à 14 h, ils étaient toujours sur site. Une enquête est en cours pour déterminer l’origine du sinistre qui semble accidentel. Thierry Gauza, de la communauté de brigades Bourg-Madame Saillagouse a indiqué qu’il s’agirait « d’un feu provenant d’une défaillance électrique. Les deux personnes hébergées au gîte, deux femmes, ont vidé l’extincteur dessus». Malheureusement, cela n’a pas suffi et le feu a repris. Les alarmes incendie s’étant déclenchées, par chance, aucun blessé n’est à déplorer. Mais la propriétaire, extrêmement choquée, a été hospitalisée. Le maire Jean-Claude Ribelaygue était catastrophé et extrêmement touché par la situation de Simone Baurens : « C’est une partie de notre patrimoine local qui part en quelques heures. Mais là, j’ai une énorme pensée pour Simone qui a passé une grande partie de sa vie ici, y a laissé beaucoup d’énergie et son argent pour cette bâtisse qui était en ruine. C’est une véritable catastrophe. Tout le monde est très triste et ému aujourd’hui, même s’il n’y a eu aucun blessé ».

Quarante ans de rénovation

En 1983, Simone Baurens rachetait le mas Carell, véritable vigie de la Cerdagne et le rénovait graduellement. En 1999, il devenait le premier gîte Panda du département. Il accueille alors dans un lieu unique une clientèle tournée vers les activités nature, mais également, à la recherche de calme. En 2010, un énorme incendie, déclenché accidentellement avait brûlé plus de 350 hectares, les pompiers ayant réussi à sauver le mas.

En 2015, Simone Baurens gagnait le concours départemental de Vieilles maisons françaises après avoir présenté un dossier sur les travaux réalisés depuis 33 ans. En 2016, le mas Carell obtenait le label Vieilles maisons françaises et le 4e prix Maison paysanne de France René-Fontaine pour la qualité de la rénovation (lire notre édition du 21 octobre 2016). Et Simone Baurens ne s’était pas arrêtée là puisqu’elle avait entièrement restauré un bâtiment en ruine. Il était devenu un lieu d’exposition pour les artistes, Brigitte Fort étant la première à inaugurer les lieux.