Vendanges précoces dans le Roussillon : «Plus de la moitié de la récolte est déjà dans les cuves»

Cher Éric Ferrer et Éliane Beceiro, à Salses-le-Château (Pyrénées-Orientales), la cueillette manuelle des grappes, dans la parcelle de cépage macabeu, avance vite et bien sous le soleil. Cette année, les vignerons sont entrés en action avec une dizaine de jours d’avance. « Si ça se goupille bien à la coopérative, on pourrait même pratiquement finir en fin de semaine avec la parcelle de cépage grenache attenante », explique Éric, qui exploite avec son épouse 15,5 hectares de vigne au nord de Perpignan.

Ici, l’équipe des vendanges est familiale et amicale et les raisins sont destinés à la cave coopérative Arnaud de Villeneuve (185 producteurs, 1400 hectares, 50 000 hectolitres de production en année moyenne). « C’est bien la première fois que nous engageons la récolte un 3 août avec largement une bonne quinzaine de jours d’avance. En 2020, on avait ouvert les quais le 27 août. Et toutes les variétés de vigne sont concernées puisque à ce jour (23 août), plus de la moitié de la récolte se trouve déjà dans les cuves », explique Jean-Pierre Papy, le directeur général de la cave Arnaud De Villeneuve.

«Pas de stress hydrique dans nos parcelles»

Lui ne se dit pas inquiet de cette tournure climatique qui se met en place, mais très attentif à ce que l’on peut envisager pour que la vigne ne souffre pas du stress hydrique, le manque d’eau, notamment à un moment clé de la maturation des baies. « Malgré de très fortes chaleurs, nous n’avons pas noté de signe de stress hydrique dans nos parcelles cette année même si nous sommes privés de pluie depuis avril dernier », assure Jean Pierre Papy.

Chez les voisins coopératifs de Dom Brial, à Baixas, toujours au nord de Perpignan, on donne exactement le même descriptif de la situation et quasiment un copier-coller du calendrier des vendanges. « Nous sommes entrés en action dans les parcelles à partir du 2 août et la récolte avance très vite dans toutes les différentes productions. C’est une précocité exceptionnelle même si nous avions déjà vendangé par le passé début août. Mais cette exception ne concernait alors que le muscat, petit grain très précoce. Il avait fallu attendre une dizaine de jours avant de pouvoir vendanger à maturité les autres cépages », se souvient Agnès Arquier, directrice de la production chez Dom Brial (210 producteurs, 1700 hectares. 45 000 hectolitres).

Dans l’ensemble du Roussillon, on s’attend à une production 2022 encore plus faible que l’année précédente, en dessous de la barre des 500 000 hectolitres, effet supplémentaire de la sécheresse et du manque de précipitations au printemps et en été.