Voyage à bord du train jaune des Pyrénées

À 30 km/h en moyenne, la rupture est déjà sensible avec la frénésie de la ville. Jalonné de 650 ouvrages d’art, 19 tunnels et des ponts ou viaducs classés monuments historiques, le défilé des paysages est si beau qu’il pourrait se suffire à lui-même. Mais c’est en descendant qu’on s’étonnera de la variété des activités auxquelles conduit le « canari » comme on le surnomme affectueusement. Circulant tout au long de l’année à des tarifs défiant toute concurrence (5 euros par exemple en tarif unique jusqu’au 22 février 2022, quels que soient les points de départ et d’arrivée), il fait office à la fois de train touristique et de transport de proximité, certains des arrêts étant desservis uniquement à la demande en prévenant le contrôleur ou en faisant signe au conducteur sur le quai !

Toits de lauze et pistes de ski

À 1 586 m d’altitude, la gare de Bolquère s’enorgueillit d’être la plus haute de France ! Seul le Train Jaune passe et s’arrête au pied du village aux ruelles étroites bordées de murs de pierres et de maisons couvertes de lauzes. Sa situation en plein cœur du Parc Naturel-Régional-des-Pyrénées-Catalanes a sûrement contribué à protéger l’authenticité des lieux jusque dans la forêt au-dessus, où les chalets en bois sont typiques de la Cerdagne et du Capcir. On peut s’y promener simplement ou accéder à la station attenante grâce à la navette gratuite en hiver. Reliée avec Font-Romeu, Bolquère-Pyrénées 2 000 donne alors accès à 43 pistes de ski alpin et à plus de 100 km de ski de fond.

Piste débutants à Font-Romeu
Piste débutants à Font-Romeu

Photo: Office de tourisme de Font-Romeu

Citadelle perchée

C’est à la gare de Mont-Louis – La Cabanasse qu’il faut descendre si l’on veut aller explorer la citadelle Mont-Louis. Fleuron de l’architecture défensive de l’époque du roi Soleil, la petite cité fortifiée de la fin du XVIIe siècle est la plus haut perchée de France et l’une des neuf seules entièrement crées par Vauban. Elle est accessible en 20 minutes à pied. Toujours en fonction militaire (elle héberge le Centre National d’Entraînement Commando – 1er régiment de Choc), elle a conservé sa configuration d’origine et un « Puits des Forçats » (système de récupération de l’eau potable), dont il ne reste que trois exemples en France.

La citadelle de Mont-Louis
La citadelle de Mont-Louis

Photo : ADT 66

Bains d’eau sulfureuse

Arrêt demandé ensuite à la gare de Fontpédrouse. Quarante minutes de marche (ou sept seulement en navette réservée deux jours à l’avance) mènent aux fameux Bains de Saint-Thomas. Une source d’eau sulfureuse y jaillit à 58 °C à 1 150 m d’altitude. Renommée depuis les Romains pour ses bienfaits thermaux, on peut y goûter dans trois bassins extérieurs à 37 °C, équipés de jacuzzis, jets de massages et autres rampes de douche. À l’intérieur, espace bien-être aux chaleureuses températures progressives (vaporarium, hammam et sauna).

Les bains de Saint-Thomas
Les bains de Saint-Thomas

Photo Stéphane Fortas

Échappée médiévale

Il faut compter une petite heure de marche en montée depuis la gare d’Olette pour aller découvrir ensuite le charmant hameau médiéval d’Evol. Dominé par l’ancienne forteresse des vicomtes de So et le clocher de son église romane, le bourg aux maisons de schiste, couvertes de toits de lauzes a préservé la beauté de son identité montagnarde. Il est officiellement classé parmi les « Plus beaux villages de France ».

Les rues d’Evol
Les rues d’Evol

Photo Michel Castillo

Terminus Unesco !

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre de ses fortifications Vauban, estampillée parmi les plus beaux villages de France, la ravissante Villefranche-de-Conflent est un des joyaux de la ligne du fameux train jaune. À 10 minutes à pied de la gare, sous le Fort Libéria qui surplombe la ville, se dressent les remparts à l’abri desquels se déroulent ruelles pavées et échoppes d’artisans. Une balade délicieuse attend les voyageurs en partance, dans la cité médiévale.